Thérapie provocatrice humaniste


Thérapie provocatrice humaniste

 

La TPH est née dans les années 90, après plusieurs années de pratique, de recherche et de réflexion de son fondateur Jean-Marc Nguyen Duc.

Son développement est issu du travail d’un collectif de thérapeutes qui l’alimente en permanence. La complexité de l'Etre humain et sa perpétuelle évolution empêche toute fixation dans des certitudes ou systèmes de pensée. 

S'inspirant de nombreuses techniques et courants, la TPH est une psychothérapie dite multi-référentielle alliant au mieux un travail sur les plans psychique, émotionnel et physique. 

La dimension provocatrice est au cœur de la pratique : elle permet de capter et de débloquer ce qui est refoulé dans l’inconscient. Le thérapeute cherche à déclencher, chez le patient, l’émergence de prises de consciences essentielles. Si le patient « percute », les processus de guérison et de libération s’opèrent en lui.

Le psychologue américain Franck Farrelly, auteur de La thérapie provocatrice, disciple de Carl Rogers, figure de proue du courant humaniste, a lui même utilisé une approche similaire dans son travail.

La Thérapie Provocatrice et Humaniste (TPH) est une thérapie innovante car construite sur des bases radicalement différentes des principales thérapies connues. Ce qui la caractérise par-dessus tout, c’est la dimension d’ouverture à la conscience associée à un ancrage fort dans la réalité concrète.

Pour le thérapeute TPH, l’être humain ne se réduit pas à son égo. L’égo n’est, en quelque sorte, qu’un vêtement que nous portons, un vêtement tricoté par nos parents, notre lignée, notre histoire personnelle. Mais il ne saurait définir l’Homme dans sa nature profonde, que nous pouvons désigner sous le nom d’« Etre » ou de « Conscience ».